L'Enfant qui est né deux fois

Création 2021

Librement inspiré du livre éponyme de Gérard Moncomble

Avec Mélancolie Motte

Mise en scène Julie Nayer

Créateur Lumières Jocelyn Asciak

 

Une production de l'Asbl Le Non Dit, en collaboration artistique avec SIBA asbl

 

Avec le soutien du Théâtre La Montagne Magique, du Centre scénique Jeunes Publics de Bruxelles Pierre de Lune, du Centre culturel de Nivelles, de La Maison des Cultures de Molenbeek, du Théâtre La Roseraie et du Centre des Arts du Récit en Isère.

Synopsis

 

Une mère affaiblie par la famine et le froid va mettre au monde un enfant qui respire à peine . La vieille sage-femme/grand-mère qui accompagne chante alors un chant exhortant le souffle de l'enfant à se trouver un autre corps à habiter plutôt que de les quitter pour le royaume des morts. L'âme du bébé va suivre son conseil : elle va se réfugier sur le dos d'une petite souris. Mais la souris aussi a faim. Comme elle ne trouve plus rien à l'intérieur, elle va sortir dehors... Un hibou l'aperçoit, et la mange. L'âme tombe dans la neige et se hisse le long des pattes jusqu'à se réfugier dans les plumes de l'oiseau. Cependant un renard guette... ainsi, d'animal en animal, au nombre de six ( le chiffre sept étant celui de l'accomplissement ...), l'esprit de l'enfant mort né va passer du territoire terrien, à l'aérien, à l'aquatique jusqu'à ce qu'un pêcheur attrape un poisson et l'offre tout heureux à sa femme...qui n'est autre que la mère du début de l'histoire ! Elle ne sait pas encore que d'ici 9 mois, son petit renaîtra pour la deuxième fois ...

Intentions

S'inspirant de l'album jeunesse de Gérard Moncomble : « L'enfant qui est né deux fois », lui-même inspiré d'un conte inuit (cfr Saladin d'Anglure, « Naître et renaître Inuit »), notre projet est de mettre en scène et raconter l'histoire poignante d'un enfant décédé à la naissance qui ne souhaite pas rejoindre le royaume des morts. Pour ce faire, sa petite âme va tenter de se trouver un autre corps à habiter ; mais chaque animal qu'il choisit d'accompagner se fait manger par un autre. L'âme de l'enfant mort va ainsi vivre un beau et terrible périple aérien, terrien et aquatique avant de réintégrer enfin, au fil de la chaîne alimentaire, le ventre de sa mère.

 

A travers cette histoire, nous souhaitons créer un spectacle qui propose d'évoquer avec poésie, musicalité et douceur une thématique sans âge, intemporelle et à laquelle le jeune public est souvent confronté d'une manière ou d'une autre : le cycle implacable de la vie et de la mort. Et de cette thématique (questionnement fondamental) d'autres thèmes jaillissent en filigrane : celui de la perte, de la faim et de la survie, du fil ténu qui nous tient en équilibre entre le vide et le plein pour la quête de sa propre voie ...

 

Nous proposons un texte jouant d’images et de rythmes qui permet l’émergence des émotions liées aux grandes questions du "D'où venons-nous? Que voulons-nous? Pourquoi et comment suis-je là? ...". Et puisqu'on ne fait qu'apprendre et réapprendre la vie avec le plaisir de la découverte, nous voulons explorer ainsi le sens de « rendre l'âme » pour renaître. Exprimer aussi, pour les adultes, le trajet et le cycle que la mère et le père doivent traverser pour faire le deuil de la mort d'un enfant.

 

C'est un spectacle qui se voudra rempli de lumière,

C'est un spectacle qui chantera et qui appellera au voyage, gorgé d’aventures aux rythmes colorés,

C'est un spectacle qui tissera le fil ténu de nos existences et qui invitera à des espaces philosophiques, à des espaces non élucidés, à des espaces d'autres possibles,

C'est un spectacle sur le froid du dehors et le chaud du dedans, 

C'est un spectacle à écouter, à regarder, à sentir, à frissonner, à chantonner, à s'émerveiller

Un spectacle qui fera grandir...

 

 

Ce projet fait écho à mes précédents spectacles, portés par l'asbl. En effet, comme chez G. Moncomble, le lien parent/enfant anime mon travail depuis longtemps. J'aime raconter cette recherche appliquée qu'ont les adultes à rester en équilibre entre autorité et tendresse, attention et lâcher prise nécessaire à l'éducation et l'envol de son « petit » ; et le chemin que l'enfant doit emprunter, souvent plein d'embûche, pour être ce qu'il veut devenir... Ici cependant, et c'est une première, c'est avec un public plus jeune que je souhaite partager mes préoccupations, avec l'aide – à la mise en scène - de Julie Nayer et son regard avisé sur la petite enfance.

Me contacter pour plus d'infos