La Mer et Lui

 

Récit en piscine

 

Mise en scène: Olivier Letellier (Molière 2010 de la mise en scène pour son spectacle "Oh Boy!)
Création lumière: Jocelyn Asciak
D'après le livre d'Henri Meunier, paru aux éditions Notari

Avec le soutien du Centre culturel Jean Vilar de Champigny s/Marne (94) et du Festival Au Fil du Conte, département de la Charente (16)

Spectacle Jeune Public

Durée: 35 minutes (à partir de 5 ans) ou 45 minutes (à partir de 6 ans)

Version allégée pour petits lieux possible.

 

 

 

 

 

 

Au milieu de la scène, une piscine. Dans la piscine: pas d'eau, mais une drôle de fable amoureuse! Celle d'un capitaine en retraite qui demande la mer en mariage. Comme c'est la première fois qu'on l'invite à sortir, la mer accepte la demande. Elle prends sa retraite, elle aussi, et se coule dans un verre d'eau. Ils s'installent ensemble dans un appartement et se racontent...

Mélancolie Motte fait de la piscine un petit théâtre gonflable dans lequel elle se love et nous plonge dans un bain de poésie. Une pataugeoire à images pour se mouiller dans un tourbillon ludique, entre rêve et réalité. Clin d'oeil subtil à l'écologie comme une bouteille jetée à la mer.

 

 

Intentions

Mettre sur scène une piscine, c’est un renvoi direct aux jeux d’enfants, à la vie aquatique, au son du liquide…sauf que cette piscine est vide. Asséchée comme un monde sans eau… Le récit de « La Mer et Lui », c’est donc, entre autre, un spectacle qui pourrait ressembler à une bouteille jetée à la mer de façon drôle et légère, pour éviter de ne pouvoir prêcher par la suite que dans le désert…

Mais « La Mer et Lui », c’est avant tout une magnifique histoire d’amour improbable. Celle d’un vieux marin qui s’est perdu en quittant son métier - qui passe ses journées à regarder son bateau enfermé - et d’une mer qui accepte sa première invitation à sortir avec un homme. A partir de ce moment, les éléments se déchaînent. Tout est possible dans l’histoire, tout est permis dans le spectacle…

Pour tout objet dans l’espace scénique, une piscine gonflable : Se cacher derrière, dessous, la plier sous son propre corps, chanter et se vautrer dedans comme dans une baignoire, s’en servir comme percussion, en suivre ses contours comme on suit un chemin, … Partir de la relation avec l’objet comme une relation mouvante entre deux personnes. L’écouter vivre comme on écoute le chant de la mer. En finale: un petit bateau aimanté navigue sur la bâche, au son de rires et de chants, tout comme lorsqu’on chante dans son bain, quand on est bien…l’eau et soi, la Mer et Lui…

DOSSIER à télécharger

Librement inspiré du livre éponyme de Gérard Moncomble

Avec Mélancolie Motte

Mise en scène Julie Nayer

Créateur Lumières Jocelyn Asciak

 

Une production de l'Asbl Le Non Dit, en collaboration artistique avec SIBA asbl

 

Avec le soutien du Théâtre La Montagne Magique, du Centre scénique Jeunes Publics de Bruxelles Pierre de Lune, du Centre culturel de Nivelles, de La Maison des Cultures de Molenbeek, du Théâtre La Roseraie et du Centre des Arts du Récit en Isère.

S'inspirant de l'album jeunesse de Gérard Moncomble : « L'enfant qui est né deux fois », lui-même inspiré d'un conte inuit (cfr Saladin d'Anglure, « Naître et renaître Inuit »), notre projet est de mettre en scène et raconter l'histoire poignante d'un enfant décédé à la naissance qui ne souhaite pas rejoindre le royaume des morts. Pour ce faire, sa petite âme va tenter de se trouver un autre corps à habiter ; mais chaque animal qu'il choisit d'accompagner se fait manger par un autre. L'âme de l'enfant mort va ainsi vivre un beau et terrible périple aérien, terrien et aquatique avant de réintégrer enfin, au fil de la chaîne alimentaire, le ventre de sa mère.

 

A travers cette histoire, nous souhaitons créer un spectacle qui propose d'évoquer avec poésie, musicalité et douceur une thématique sans âge, intemporelle et à laquelle le jeune public est souvent confronté d'une manière ou d'une autre : le cycle implacable de la vie et de la mort. Et de cette thématique (questionnement fondamental) d'autres thèmes jaillissent en filigrane : celui de la perte, de la faim et de la survie, du fil ténu qui nous tient en équilibre entre le vide et le plein pour la quête de sa propre voie ...

Nous contacter pour plus d'informations : info@melancolie.org